Jeudi 31
Didactique des Sciences et des Technologies
Session 9
› 9:00 - 9:30 (30min)
› E11
Quelles pratiques langagières favorisent la conception d'un outil didactique au service de la diffusion de connaissances scientifiques ?
Albine Courdent  1, *@  , Johann-Günther Egginger  1@  
1 : Laboratoire de la Barrière Hémato Encéphalique  (LBHE)
Faculté des sciences de Lens
Faculté des Sciences Jean Perrin, Lens Cedex, 62307 -  France
* : Auteur correspondant

Nous interrogeons, dans le champ de la didactique des sciences, les paramètres de conception d'un outil interactif d'apprentissage scientifique. Dans ce cadre, notre objectif est de caractériser les conditions langagières qui permettent d'établir une interface entre les savoirs scientifiques à transmettre, définis par des programmes ou des recommandations, et les conceptions ordinaires relayées par les utilisateurs de l'outil (formateurs ou enseignants) chargés de la diffusion des connaissances. Nous proposons donc une méthodologie d'analyse du processus de conception d'un outil de transmission de connaissances scientifiques afin de mettre en évidence les facteurs langagiers clés qui favorisent leur transposition. Nous cherchons quels contenus et quelles formes de modalisations sont utilisées, et dans quelles proportions, pour une situation de conception d'un serious game portant sur la connaissance de la maladie d'Alzheimer.

Les études de François (1990) et RojàsNieto (1999) indiquent que c'est dans les « mouvements du discours » entre les interlocuteurs, dans les imperfections et les difficultés à dire, que se façonne le sens des contenus. Aussi, un outil d'analyse langagière est nécessaire pour se saisir des ajustements qui ont lieu dans cette circulation de la parole. Parmi les pratiques langagières, les formes de modalisation ainsi que la dénomination et l'explicitation des contenus peuvent être utilisées comme indicateurs de ce qui se transmet (Delannoy-Courdent, 2007). Elles seront considérées dans notre méthodologie comme outil d'analyse de la transposition de connaissances dans le moment de conception commun. Le recueil du lexique employé lors des dénomination et des explicitations permet de catégoriser ces contenus : quotidiens « préscientifiques », scientifiques ou liés aux aspects techniques.Les formes de modalisation du texte (Charaudeau,1995), mettent en évidence un certain rapport au savoir tel que le questionnement, la certitude, la possibilité, l'obligation. Il est alors possible d'identifier le positionnement des interlocuteurs par rapports aux autres, à eux-mêmes, aux connaissances en jeu.

Il apparaît que les concepteurs nomment et explicitent les contenus en sollicitant les deux champs lexicaux ordinaires et scientifiques en alternance et dans la même proportion. Grâce à leur modalisation des modes d'interaction langagière, ils se placent dans un positionnement d'ouverture d'esprit et d'élucidation conjointe des notions. Le serious game réalisé à l'issue de la conversation de conception de l'outil, met en évidence l'intrication obtenue entre les situations de vie ordinaire et les contenus scientifiques. Cette articulation est significative de la recherche, lors de la conversation de conception, de construction de connaissances à l'interface des deux sphères.


Personnes connectées : 1