Vendredi 1
Didactique des Sciences et des Technologies
Session 17
› 10:30 - 11:00 (30min)
› E10
Pourquoi les mouvements uniformément accélérés et décélérés sont-ils traités différemment par les étudiants ? Quelle analyse en font les enseignants du supérieur ?
Olivier Lefebvre  1@  , Nathalie Lebrun  2, 3@  
1 : Laboratoire de Didactique André Revuz  (LDAR)  -  Site web
Université d'Artois, Université Paris VII - Paris Diderot : EA1547, Université de Rouen, Université de Cergy Pontoise, Université Paris XII - Paris-Est Créteil Val-de-Marne (UPEC)
Université Paris Diderot - Paris 7 Bâtiment Condorcet, 10 rue Alice Domon et Léonie Duquet, Case Courrier 7086 - 75205 Paris Cedex 13 -  France
2 : Laboratoire de Didactique André Revuz (LDAR)  -  Site web
Université Paris VII - Paris Diderot : EA4434
Université Paris 7 - Bâtiment Condorcet, 10 rue Alice Domon et Léonie Duquet, Case Courrier 7086 - 75205 Paris Cedex 13 -  France
3 : Université de Lille 1 Sciences et Technologies  -  Site web
Université de Lille 1 Sciences et Technologies
UFR de Physique - Bât. P5 - Cité Scientifique - 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex -  France

Lors de cette étude concernant les « nouveaux étudiants », nous avons adapté le test nord-américain FMCE (Thornton et Sokoloff, 1998) pour des étudiants français de première année d'études supérieures, permettant de mettre en évidence des modes de raisonnement non conformes avec les résultats issus de l'utilisation des lois de Newton. Ce test a été passé fin 2014 par 152 étudiants. L'exploitation des réponses des étudiants sondés nous a permis de mettre en évidence un écart de traitement entre une situation physique relative à un mouvement uniformément accéléré et la même situation physique relative à un mouvement uniformément décéléré. Douze enseignants du supérieur ont été interviewés sur les résultats au test précédent et tous ont fait part, sans équivoque, que la différence de traitement était due à l'utilisation du mot décélération. Nous avons voulu corroborer cette affirmation.

Dans un premier temps, une partie du questionnaire précédent a été sélectionné et modifié pour être repassée en mars 2015 par les mêmes étudiants. Celle-ci contient des questions sur le mouvement uniformément accéléré non modifiées, et d'autres sur le mouvement uniformément décéléré, en remplaçant l'expression « décélération constante » par « décroissance constante de la norme de la vitesse ». L'analyse des réponses à cette deuxième version ne met pas en évidence une influence de l'utilisation ou non du mot décélération. Pour vérifier ce résultat qui va à l'encontre de ce que pensent les enseignants interviewés, nous avons fait passer une troisième version du test à une nouvelle promotion d'étudiants. L'analyse des réponses nous montre également qu'il n'y a pas d'influence de l'utilisation ou non du mot décélération sur les réponses des étudiants. Ces deux analyses statistiques de natures différentes nous montrent, au risque d'erreur de 5%, que les enseignants ont une mauvaise représentation des modes de raisonnement de leurs étudiants.


Personnes connectées : 1